Devenir famille d’accueil d’un chiot : le guide pratique Hill's

Publié par
min read

Barbara Shannon accueille depuis plusieurs années des chiens pour des associations, et elle craque pour chacun de ces toutous ! Mais quels sont ses préférés ? Les chiots chahuteurs.

« Ils peuvent donner beaucoup de travail, mais c’est si agréable de les regarder grandir et développer leur personnalité », explique Shannon, qui vit dans la ville américaine d’Érié, en Pennsylvanie. « Il faut beaucoup d’amour et de temps, mais c’est la meilleure des expériences. »

Si vous êtes famille d’accueil pour la première fois et que vous vous demandez si vous êtes fait(e) pour accueillir un chiot, sachez que, même si cela peut être difficile, l’expérience sera très gratifiante.

Small brown and white puppy laying on a lap.

Pourquoi les refuges placent-ils les chiots en familles d’accueil ?

Les bénévoles qui accueillent des chiens chez eux jusqu’à leur adoption aident les refuges de plusieurs façons. Certaines associations ne possèdent pas l’infrastructure nécessaire pour accueillir des chiens, tandis que d’autres peuvent ne plus avoir de place pour recueillir de nouveaux animaux. Le placement en famille d’accueil peut être bénéfique pour les chiens, car cela leur permet de s’adapter à la vie de famille pour la première fois, ou de ne plus être soumis au stress de la vie en communauté avec d’autres animaux.

L’une des associations pour laquelle Barbara Shannon a accueilli des chiots s'appelle The Humane Society of Northwest Pennsylvania, située dans la ville américaine d’Érié, en Pennsylvanie. La directrice du refuge Nicole Bawol explique que l'établissement privilégie le placement en familles d’accueil des chiennes en gestation et des jeunes chiots.

« Le refuge peut constituer un environnement pesant et stressant », indique Nicole Bawol. « Nous avons également des chiens qui arrivent et partent en permanence, ce qui augmente le risque de maladie, et les chiots, tout comme les bébés, y sont plus vulnérables. »

Nicole Bawol explique qu’une autre raison pour laquelle le refuge privilégie le placement en familles d’accueil des chiots et des chatons est l’importance de la socialisation. Par exemple, le refuge a récemment recueilli des chiots d'un foyer faisant l’objet d’une enquête pour cruauté animale. Les chiots âgés de quatre mois n’étaient pas socialisés et avaient un comportement agressif, qui a totalement changé lorsqu’ils ont été placés dans une famille d’accueil de confiance, raconte-t-elle.

« C’est dans ces moments-là que vous vous rendez compte de l'importance du placement en famille d’accueil. Un animal très timide placé en famille d’accueil peut s'épanouir au bout de quelques semaines seulement », explique-t-elle.

Accueillir un chiot : à quoi s'attendre ?

Si vous souhaitez accueillir un chiot, il est préférable d'avoir de l'expérience, d'être disposé(e) à nettoyer les besoins du chien et d'être au courant des éventuelles maladies à surveiller. Vous devrez trouver du temps dans la journée pour nourrir l'animal, le sortir et jouer avec lui. Il faudra aussi prévoir de consacrer du temps à d'éventuels soins supplémentaires en raison d'une maladie ou d'un comportement inhabituel.

Il peut être fastidieux et chronophage de s’occuper de chiots, notamment lorsqu'ils viennent d’un milieu difficile. Barbara Shannon est retraitée, elle est donc à la maison avec les chiens qu’elle accueille la majeure partie de la journée. Récemment, elle a accueilli une chienne avec ses deux chiots âgés de deux semaines.

« Ils étaient en bonne santé. Ma tâche consistait principalement à aider la mère pendant les premières semaines des chiots, » explique-t-elle. Mais une fois les chiots plus âgés et indépendants, elle a dû aménager sa maison pour éviter tout danger pour les animaux.

« Les chiots mordillent tout ce qu’ils trouvent, » explique-t-elle. « Il est donc important de leur offrir un environnement qui ne présente aucun danger pour eux. »

Après sept semaines, elle a retourné les chiots au refuge qui, grâce aux réseaux sociaux, ont été adoptés en quelques heures.

« Il n'est pas difficile de trouver des familles d'adoption pour les chiots, notamment ceux de petite race qui sont très appréciées, » précise Nicole Bawol.

Les frais liés à l'accueil d'un chien

La plupart des refuges aident les familles d’accueil financièrement. Par exemple, de nombreux refuges prennent en charge les frais vétérinaires. D’autres refuges fournissent beaucoup plus. Par exemple, le refuge d’Érié, où travaillent Nicole Bawol et Barbara Shannon, fournit tout le nécessaire : de l'alimentation aux laisses, en passant par les jouets et le couchage.

Vous devez vous attendre à :

  • De nombreuses lessives : vous devez prévoir de changer et de laver le couchage une fois par jour lorsque vous accueillez une mère et ses chiots, explique Barbara Shannon.
  • Beaucoup de temps et de travail : même les chiots en bonne santé requièrent beaucoup de temps et d’attention. Parfois, il peut y avoir dans une portée un ou deux chiots avec des besoins spécifiques, comme être nourris au biberon, par exemple. Cela vous demande encore plus de temps, précise Nicole Bawol.
  • Réserver des espaces qui ne présentent aucun danger : lorsque les chiots grandissent et deviennent plus téméraires, il est important de les enfermer pour des raisons de sécurité, si vous vous absentez ou que vous êtes occupé(e) à des tâches ménagères par exemple. Cet espace clos peut être une pièce réservée aux chiots, dotée d’une barrière au niveau de la porte ou un grand parc pour bébé.

Le plus important ?

« Il faut beaucoup d’amour et de temps pour accueillir un chiot ou un chien chez vous », précise Barbara Shannon.

Close-up of golden retriever puppy.

Ce que l'on attend d'une famille d'accueil

Bien que chaque refuge et association aient mis en place des protocoles différents pour autoriser les familles à accueillir un animal, la plupart d'entre eux exigent des démarches administratives et une vérification des antécédents. Certains établissements exigeront un peu plus.

Par exemple, l'association The Humane Society of Northwestern Pennsylvania exige des candidats qu’ils remplissent des formulaires et soient soumis à une vérification de leurs antécédents, à un entretien et à une visite préalable à leur domicile.

« Certaines personnes pensent que nous sommes trop stricts car il s’agit de bénévolat, mais nous sommes responsables du bien-être de ces animaux et nous prenons cela très au sérieux », explique Nicole Bawol.

Pour Barbara Shannon, le temps et les efforts investis dans l’accueil de chiots en valent la peine, notamment lorsqu’elle apprend que les chiens ont été adoptés.

« Évidemment, c’est toujours difficile de leur dire adieu, » explique-elle. « Il faut simplement se rappeler que vous n’êtes qu’une étape sur leur chemin vers leur foyer définitif... »

Alors, si vous souhaitez devenir famille d’accueil pour des chiots ou des chiens ayant des besoins spéciaux, parlez-en à des refuges près de chez vous pour savoir s’ils ont un programme auquel vous pourriez prendre part. La durée de la période d’accueil varie selon les besoins des chiens, et il peut s’écouler plusieurs mois avant que des chiens n’aient besoin d’être placés en familles d’accueil. Par conséquent, assurez-vous d’être toujours prêt(e). Accueillir un chien procure une joie indescriptible. Vous le voyez grandir comme s’il s’agissait du vôtre !

Biographie de l'auteure

Kara Murphy

Kara Murphy

Kara Murphy est auteure indépendante et l’heureuse propriétaire d’un animal. Elle habite dans la ville américaine d’Érié, en Pennsylvanie. Elle possède un goldendoodle répondant au nom de Maddie.

Articles associés

Produits associés